Anecdotes et Légendes

La chapelle de Saint Sorlin

Au XVI siécle, lors de la visite pastorale de 1719, il est noté qu’on allait langer les enfants dans la chapelle Saint Sorlin. On grattait la pierre d’autel pour mêler cette poudre à leur boisson.

Légende d’Herbevache

Une curieuse légende recueillie par l’historien M.C. GUIGUE au XIX siècle à propos d’un relief du coteau.

« Cette éminence est appelée la Crote du Loup… Là était la tente d’un général romain appelé Julius, Commandant de la Légion Turine, qui campait dans la vaste plaine des Bruyères, Légion qui a laissé son nom au lieu dit des Taurines.

Tout autour du camp il y avait des fossés. Le général romain, ne pouvant faire venir du blé aux environs de son camp fut contraint de l’abandonner. En se retirant il s’écria : Misère !.

L’endroit où il prononça ce mot fut appelé Misérieux. c’est-à-dire malheureux.

La légion Turine laissa aussi son nom à Saint Jean de Thurigneux ».

La Reste

Lors d’une grande crue de la Saône (la tradition orale s’est arrêtée sur celle de 1840, mais le nom existait bien avant cette date), il ne resta de cette ferme isolée dans la plaine qu’un bâtiment construit en pierre.

Bataille du VIII siècle

MC GUIGUE a également rapporté la tradition orale d’un combat qui aurait eu lieu, dans la plaine des Sables, entre Francs et Sarrazins.

La Maladière

Le site, au bas de Veissieux, passait pour avoir été un lieu de sépultures de pestiférés lors d’une épidémie meurtrière.

Hameau de Pouilleux

1814 : la France était alors envahie par les armées de l’Europe coalisée, aprés la chute de Napoléon 1er.

Dans le courant de l’année, le hameau fut victime d’un pillage de la part d’un groupe de soldats Autrichiens.

Alertés, les villageois de Reyrieux vinrent à la rescousse armés de leurs fusils de chasse. Les pillards furent exterminés et enterrés sur place.

Il pourait s’agir de soldats déserteurs, peut-être dépourvus d’armes : ceci expliquerait l’absence d’enquête et, par conséquence, de représailles !.

Le récit de ce drame s’est transmis au fil des générations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *