Habitat Rural de Reyrieux

L’habitat rural dans le canton de Reyrieux n’a pas présenté de caractéristique régionale très prononcée.

Depuis le XVI siècle le pisé de terre sur fondation de galets a prédominé.

Il fut plus tard alternés avec des lits de pierre ou de brique, matériaux dont l’usage presque exclusif n’apparaît à l’occasion que dans les localités du plaleau : Ars, Saint Jean de Thurigneux.

La couverture est constamment réalisée en tuile canal ordinaire.

Peu d’innovations au XIX siècle, époque faste pour le bâti rural.

Le plan d’ensemble, surtout pour les fermes de la fraction orientale où l’habitat est nettement de type dispersé est souvent en forme de U.

Il tend si possible à circonscrire la cour qu’un mur achève d’isoler vis à vis de l’extérieur.

L’entrée couverte reste fréquente ; le portail au linteau décoré par les croisettes de la dernière moisson s’ouvre dans un bâtiment annexe, ce qui permet le cas échéant d’abriter la charrette et son chargement.

Dans la fraction occidentale, les anciennes fermes domaniales sont parfois munies de granges sur hangar soutenues d’un côté par des piliers de pierre à chapiteau.

Ailleurs on s’est borné à employer le bois : un tronc équarri reposant sur un dé de pierre ou de maçonnerie.

La maison du tâcheron, plus modeste, se réduisait généralement à un bâtiment unique accompagné de quelques humbles dépendances.

Dans tous les cas, à cette époque, un escalier extérieur en pierre monte devant la façade pour le service des granges et des greniers. Certains sont du XVII siècle.