Les Dombes

dombes

Paysage singulier de la Dombes © Département de l’Ain / J. Alves

Une Dombes plurielle ! Géographiquement, on peut distinguer plusieurs Dombes : celle du sud-ouest, ou Dombes sèche, celle du sud ou de l’est, très vallonnée et boisée, celle du nord aux vallons et aux butes usées, et enfin la Dombes centrale, celle des étangs.

La Dombes, Pagus Dumbensis, marchia Dumbarum, est mentionnée, pour la première fois, au 6e siècle dans la légende de Saint Trivier. Au mot Dombes, ont été données diverses origines : région basse, pays de brumes, pays couvert de bois, tumulus, pays de tombeaux … Les humanistes du 18e siècle prétendent que le Pagus Dumbensis médiéval entraîne le singulier « la Dombes », au même titre que « la Bresse » sa voisine ou « la Savoie ». Les auteurs choisissent alors en majorité le singulier précédé de « la ».

Au 19e siècle, le conseiller Mantelier, sollicité par l’évêque de Belley pour l’appellation de l’abbaye du Plantay, rédige une lettre dans laquelle il analyse la justesse de l’emploi du pluriel par rapport au singulier. Il conclut par l’emploi du pluriel. C’est ainsi que l’abbaye cistercienne se trouve être sous le vocable de « Notre-Dame-des-Dombes ».

De nos jours, l’usage a retenu l’appellation « La Dombes » en se référant à l’entité dombiste, le singulier est de mise : son sol, sa culture, son histoire … sont uniques !