La Grande Mademoiselle (2)

Née le 4 juin 1627, Anne-Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier, tire son nom de « Grande Mademoiselle » de son père Gaston d’Orléans, frère du roi Louis XIII, et à ce titre « Grand Monsieur ». Le qualificatif de Grande Mademoiselle est le titre officiel donné à la fille du frère du roi. Sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV, elle tient une place importante à la cour pour son rang de « Petite fille de France ».

Émancipée en 1650 par Louis XIV, elle devient souveraine de Dombes et contribue à l’autonomie de son pays. Sa participation dans la Fronde de Condé en 1652 engendre sa disgrâce jusqu’en 1658.

Cette même année, la cour étant à Lyon, la Grande Mademoiselle passe trois jours dans sa Principauté. Ce séjour qu’elle relate dans ses mémoires marquera les habitants pour plusieurs générations. Après son passage, la souveraine fonde un couvent de Carmélites et accorde des lettres patentes pour la reconstruction d’un hôpital à Trévoux en 1686. La souveraine facilite fiscalement l’installation des affineurs, tireurs d’or et d’argent et orfèvres et par ses actes politiques – instauration d’une cour des monnaies et affirmation de l’autonomie de la Dombes en matière judiciaire – Anne-Marie d’Orléans conforte la prospérité de la Principauté de Dombes.

Pour se garder les bonnes grâce du roi, elle donne, le 2 février 1681, la nue-propiété de la Souveraineté de Dombes au Duc du Maine, fils naturel du Roi-Soleil et de Madame de Montespan.

Fils aîné de Louis XIV et de la marquise de Montespan, Louis Auguste est légitimé en 1673 et reçoit le titre de duc du Maine. Sous le règne de Louis Auguste de Bourbon, la principauté et sa capitale connaissent leur apogée et une renommée dépassant les frontières.

A sa mort en 1736, son second fils, Louis Auguste II, gouverne la principauté jusqu’en 1755. Son fils Louis Charles, comte d’Eu, lui succède. En 1762, il cède la Principauté à Louis XV, roi de France, en échange du Comté de Gisors et quelques autres terres. La principauté de Dombes est irrévocablement réunie au royaume de France.